close
Vin : Quand Maury voit la vie en rouge

Vin : Quand Maury voit la vie en rouge

Vous ne le saviez peut-être pas mais l’appellation Maury productrice de vins doux naturels, élabore d’excellents vins secs. Aussi, ces vins rouges issus d’un terroir emblème du Roussillon commencent à prendre leur style.  

À Maury, les vignerons ont d’abord bâti leur réputation avec des vins doux. Une réputation qui n’est plus à faire car l’histoire des Maury doux a pris place dans le paysage languedocien dès 1936. Aussi le temps était-il venu d’accompagner ces vins, perles rares du Languedoc, vers les attentes des jeunes consommateurs. Ce temps a débuté dans le second millénaire, il y a maintenant 7 ans. La création de cette appellation Maury sec rouge doit beaucoup à Olivier Decelle, le propriétaire du fameux domaine Mas Amiel.

L’appellation du Roussillon se déploie dans une de ces vallées de schistes perdues dans les collines d’un arrière pays torride. Là il semble parfois que le temps se soit arrêté. Et il s’y rencontre des personnalités uniques. Des hommes entre deux cultures, aussi catalans que méridionaux à la fois. Alors il suffit que le soleil irradie de sa lumière le paysage pour que tout le sud soit à votre porte. Aussi n’est-il pas faux de dire que ces vins de Maury chantent des les verres comme des cigales.

Les vins de Maury secs sont donc issus de ces sols de schistes situés entre 100 à 400 mètres d’altitude. De ces terres noires d’où s’élancent avec leurs petits bras tordus des ceps à l’assaut de la lumière. Des ceps au ras du sol, à l’ancienne, que l’on dit en gobelet.  Ils sont entourés d’un paysage de garrigue au parfum sauvage de genièvre, de thym et de romarin.

La mer méditerranée n’est pas loin mais l’arrière pays bénéficie aussi d’une influence océanique. Et cela permet de distinguer des micro-terroirs. Des terroirs de marnes schisteuses donnent à la vigne, un enracinement profond. Ces sols maigres et pauvres sont des terres d’accueil idéales pour le grenache. Aussi l’appellation compte-t-elle six cents hectares d’un vignoble exceptionnel à la vue.

Il s’y cultive d’abord du grenache noir, de la syrah et puis du carignan. Celui-là que l’on a retiré des plaines pour mieux l’implanter sur les coteaux. Les récoltes s’y font à la main comme dans les terroirs authentiques. Ici, on ne triche pas. Quelque fois le mourvèdre vient se mêler à l’encépagement pour confirmer qu’on est bien dans le sud. 

Les hommes font ici du vin depuis si longtemps qu’ils ont testé la vigne, le rendement, le contenant. Parfois ils ont trop extraits avant de voir plus juste. Certains ont leur style et dormais ils le cultivent. Aussi, est-il permis de dire que tous apportent du sang neuf à Maury. Vous verrez que ces vins vous feront parler d’amour entre autres choses de la vie.

Choix de trois vins rouges en AOC Maury secs

  • « Le désir 2015″ Maury sec du Domaine La Coume du Roy, sur la route de Cucugnan à Maury. Il élabore des Maury sec en duo grenache et carignan. La vinification se fait en cuve. Un travail original sur la maturité des raisins. Cette maison historique de Maury se distingue à sa façon avec un vin frais, sur des airs de garrigue et de menthol au nez, des arômes de cerise en bouche. Comptez 15€ la bouteille.
  • « Initial 2015″ un Maury sec du Domaine de mas Amiel est élaboré autour du trio : grenache noir, carignan et syrah. Ce domaine de renommée mondiale s’épanouit sur des coteaux ensoleillés de schistes. La vigne puise ses ressources en profondeur tandis que la récolte manuelle se fait en caissettes. Une sélection parcellaire appuie une vinification qui conjugue la stabilité de la cuve béton à la richesse des cuves en bois. On ressent la touche mas Amiel dans ce vin concentré et pulpeux pour son âge. Comptez 21-22€.
  • Enfin « Un baiser, millésime 2013″ du Clos des vins d’amour est la petite touche originale de cette dégustation. Ce Maury là est plus osé que les autres. En plus d’être bio, il n’a pas sur ses épaules le poids de l’histoire. Nouvellement installé en famille, un couple d’oenologue lui a donné vie. La cuvée charmeuse relie trois terroirs avec Tautavel, Maury, Saint-Paul-de-Fenouillet. Ainsi, elle célèbre les fiançailles du schiste, de l’argilo-calcaire et du schiste noir. Le grenache noir y embrasse généreusement le mourvèdre dans l’insolite contenance de fûts de 4 à 600 litres. Consensuel et charmeur. On aime. Comptez 23€.

Christelle Zamora, Photo ©BonBecBohème

 


Bon Bec Bohème tient son nom d'un double sens, un bon bec est un fin gourmet, sucré ou salé, et dans un sens plus ancien et populaire, c'est aussi une femme bavarde.

COMMENTS ARE OFF THIS POST