close
Une virée à Tanger, l’enchanteresse
L'hôtel le Mirage, villégiature de luxe à Tanger
Autre Part - En voyage - Escapades - Festivals - Terre et mer - Tourisme

Une virée à Tanger, l’enchanteresse

Envie d’ailleurs ? Porte de l’Atlantique, trait d’union entre l’Europe et l’Afrique, Tanger rayonne. Vues imprenables, palais magiques, Tanger possède une histoire culturelle unique. À la fois Diva et ville cosmopolite accessible, la cité est pleine de mordant.

Le plus célèbre des espions au monde, le dénommé Bond alias Daniel Craig, est venu à Tanger pour une séquence de Spectre, le dernier 007. Et ce n’est pas la première fois. Car le premier épisode tangérois de 007 date de Tuer n’est pas jouer en 1987. Le personnage des romans de l’Ecossais Ian Fleming cultive donc un attrait pour Tanger .

C’est dire si la ville marocaine est une destination pleine de  mordant. Plusieurs scènes de Spectre se déroulent dans la casbah de Tanger. Un lieu dont s’est inspiré Henri Matisse en 1902 pour sa  fameuse toile Vue sur la baie de Tanger. Le café populaire Dahlia y est représenté dans son apparence d’antan. Et donc dans la veine de la peinture de l’Irlandais Colin Watson et sa toile Café Dahlia.

Sur les toits de Tanger, la vue est imprenable depuis le riad Dar Nour. Et cette très ancienne maison d’hôtes de la Médina est tenue dans le plus pur style marocain. Comme son petit déjeuner sur la photo ci-dessous. Le riad est très renommé à Tanger. Et il est d’ailleurs tenu par d’ex-Lyonnais qui ont tout plaqué… Alors on se laisse guider !

Riad_Tanger_Dar_Nour©JulietteParisot1

Des plongeons dans l’histoire

La Légation Américaine où a séjourné l’écrivain-compositeur Paul Bowles offre un plongeon historique. Et cela dans le Tanger de sa période internationale. Alors, ce lieu atypique possède une architecture orientale et occidentale avec patio mauresque ou moucharabiehs (dispositif de ventilation arabe). Mais aussi, de grandes pièces à larges ouvertures et du mobilier européen. La Légation Américaine possède encore un espace dédié à Paul Bowles, une riche collection de tableaux orientalistes, du mobilier d’époque… Et puis, il faut se perdre dans les ruelles bondées de Tanger. Mais aussi fréquenter ses souks surchargés et son marché couvert très ancien.

Pour finir, Tanger est une ville anachronique par sa situation géographique et historique. Alors le Portugal, l’Angleterre, l’Espagne ont un temps dirigé la cité. En 1926, Tanger était dirigée par 10 nations. C’est pourquoi, elle a une réputation de cité internationale. La cathédrale de Tanger, propriété de l’Espagne, témoigne de sa présence étrangère catholique. Plaza Toro, les arènes de la ville de Tanger, est un des nombreux héritages de la colonisation espagnole au Maroc.

Le Palais Moulay Hafid, propriété de l’Etat italien, est l’un des principaux monuments historiques de Tanger. Situé au quartier Hasnouna, le palais des institutions italiennes est un bijou architectural. Notamment ses jardins et fontaines y sont datés du XIXe siècle. Et ce lieu culturel y reçoit un salon du livre en mai et un festival de musique en octobre. Un doublon du Festival des Nuits Sonores de Lyon. Il s’agit donc là d’un festival éléctro !

Le temps de vivre

Aux abords de la Médina, un thé à la menthe au café Baba est incontournable ! Cosmopolite, Tanger demeure une ville de rencontres. Et la cité est aujourd’hui en pleine mutation. Elle devient plus respirable pour les Tangérois. Car désormais, elle se dote d’espaces verts et d’ouvertures sur la mer. Du haut des collines de Tanger, le regard plonge à la croisée de la Méditerranée et de l’océan Atlantique.

Au carrefour des civilisations, Tanger est aussi à la croisée des deux mers. Outre ce cadre privilégié sur la côte atlantique, cette ville de pêcheurs a séduit peintres ou artistes. Parmi eux, on compte Eugène Delacroix, Henri Matisse, Jean Genet, Joseph Kessel… Tous ces hommes illustres ont connu Tanger, participant au rayonnement culturel de la ville. D’autres célébrités telles Kofi Annan ou Pedro Almodovar séjournent aujourd’hui à l’hôtel Le Mirage. L’endroit figure tel un navire amiral posé sur les bords de l’océan à deux pas de Tanger (photo d’ouverture). Qui n’en rêverait pas ? 

Puis, pour se restaurer ou sortir, en ville ou dans la kasbah, en bord de mer ou vers la montagne, Tanger est tout aussi douée. Il faut s’y rendre pour ses festivals, dont le plus couru est le Tanjazz, une référence mondiale. Côté shopping, des librairies contemporaines de renom comme La Librairie des insolites ou plus anciennes La Librairies des Colonnes (depuis 1949) se côtoient.

Pour  conclure, Le Petit Socco, le petit souk, est un lieu chargé d’histoire. De nombreuses célébrités de Tanger y sont venues pour la beauté du quartier. Au-delà des échoppes et cafés, ce quartier grouille de passants. Enfin, boutiques branchées, concept-stores avec La Tribu des Ziri dans la Médina et souks font le plus bonheur des chineurs.

Christelle Zamora Photos @DR, article paru sous une autre forme dans le magazine de l’Aéroport Montpellier Méditerranée, Airlife 2017.


COMMENTS ARE OFF THIS POST

INSTAGRAM FEED

Follow on Instagram