Monthly Publishing Art Magazine
close
Le grand succès du concours national des vins IGP
18ème édition du concours national des IGP
Concours - Vins

Le grand succès du concours national des vins IGP

Cette année, la 18ème édition du concours national des vins IGP s’est déroulée dans quatre régions. Ainsi, des jurys se sont réunis en Provence, dans le Sud-Ouest, le Val de Loire et le Languedoc-Roussillon. Le 23 mars, les dégustations se sont achevées au domaine de Manse aux portes de Montpellier.

Annulé en 2020 pour cause de crise sanitaire, le Concours National des IGP (ancien vin de pays) a trouvé la parade. Régionalisé, le concours a été maintenu et pourra bénéficier aux acteurs d’une filière très éprouvée par la fermeture des cafés-hôtels-restaurants.

Des vins plébiscités par le consommateur

« Dans notre très grand vignoble d’Occitanie, il se produit plus de vins à Indication géographique que d’appellation d’origine. Et cette situation est unique en France » ont rappelé Jacques Gravegeal, le président du syndicat des producteurs des vins Pays d’Oc IGP et Denis Verdier, le président de la fédération des vins IGP du Gard.

Rebondir et ne pas rester impuissant à subir la situation sont aujourd’hui les deux impératifs des professionnels du vin. Avec près de 770 échantillons inscrits au concours contre 698 en 2019, la participation affiche une hausse de 20%. Et ces médailles vont aider les acheteurs à placer les vins sur le linéaire français.

« A l’export, certains acheteurs demandent les médailles et les notes qui ont été attribuées aux vins. C’est aussi un impératif sur certains marchés nationaux comme dans la grande distribution qui est en demande d’éléments distinctifs  » explique un professionnel.

Et puis, souligne Jacques Gravegeal « dans le contexte actuel, c’est très rassurant cela d’autant que les consommateurs jouent le jeu et consomment de plus en plus d’IGP. »

Une santé remarquable

Car les 75 IGP françaises affichent santé remarquable et représentent un peu plus de 35% de la production nationale de vin. Et cela représente 1,6 millards de cols. Sur ce segment, l’Occitanie est en bonne place. La région totalise plus de 80% des volumes produits. Des volumes surtout de rouges et de rosés, une couleur qui prend de plus en plus ses marques. Et pour cause, les rosés totalisent 30% des échantillons présentés toutes régions confondues sur l’édition 2021.

Les vins IGP répondent aussi à une attente sociétale. Cela pour deux raisons majeures : d’un part le rapport qualité-prix et d’autre part, ce segment laisse place à l’innovation. Avec les IGP, on sort vraiment des sentiers battus. Et il s’agit aussi de mieux s’adapter au réchauffement climatique, de choisir de travailler des cépages plus anciens. De produire des vins différents. Plus atypiques. Et donc plus recherchés.

Sans doute, toutes ces raisons contribuent à la nette progression de ces vins en grande distribution où ; nous assure Jacques Gravegeal :  » La demande d’IGP est en hausse. Et cela en volume comme en valeur, avec ou sans mention de cépage. »

A consulter, le palmarès 2021

Raisons d’être du Concours National des Vins IGP

Créé à l’initiative d’InterIGP, association regroupant le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc, InterLoire, InterOc, l’Interprofession des Vins du Sud-Ouest et InterVins Sud-Est, le concours entend valoriser les vins issus des 75 IGP françaises. Il réunit chaque année des jurys composés de professionnels et d’acheteurs majeurs. Les médailles attribuées offrent :

  • Un repère qualitatif pour le consommateur
  • Un élément distinctif pour le professionnel
  • Une valorisation pour le vigneron

Christelle Zamora

Photo d’ouverture IPG – Pays d’Oc DR  Th.J


Christelle Zamora est une journaliste indépendante spécialisée dans le vin, la gastronomie et le tourisme. Elle a une formation de juriste en droit de la vigne et du vin, a suivi les cours du Wine and Spirit Education Trust (WSET), level 2 et 3. Impliquée dans la presse écrite de 1999 à ce jour, elle a co-écrit le Hors Série "1907-2007, un siècle rouge ardent" sur l'histoire du Midi rouge, période de fronde des vignerons languedociens et l'avancée de la mondialisation à compter des années 2000, pour Midi Libre. Pour ce titre, elle a intégré la rédaction des magazines pour 3 ans puis a été l'auteur d'un guide culturel. Parmi les artistes de la Bible de l'art singulier, éditions Livre d'Art en 2010. Elle a écrit plusieurs ouvrages dont "Limoux, vignoble d'histoire et de légendes" aux éditions Privat (nov. 2018), "Le vin en 365 jours" aux éditions PlayBac (oct. 2019), Le vin et la dégustation intuitive aux éditions Féret (nov. 2019).

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *